Il arrive, ferme les yeux #4

Chapitre 4 – Bonjour et au revoir
Traduction par @Litteangele

Sans titre-1 copieJian Yao était une fille d’apparence très gentille et délicate. Elle avait des cheveux longs, le teint clair, une silhouette svelte et un joli visage. Ses yeux noirs de jais, clairs et profonds comme la surface de l’eau, ajoutaient particulièrement des points à son tempérament exceptionnel.
Sans titre-1 copieSon style vestimentaire était également ainsi : doux et raffiné mais pas exagéré ni négligé. Elle savait très bien coordonner ses vêtements, ils étaient de marque commune et agréables. Elle parlait d’une voix douce mais directe. Elle riait aussi librement et aisément mais sa gestuelle restait gracieuse. Lire la suite

Publicités

Le général veut une étreinte pour dormir – Chapitre 4

Chapitre 4 : Les servantes
Traduction par @Ytr

Sans titre-1 copieLe matin arriva et trouva une résidence du général en pleine effervescence, mieux, en pleine panique. Le chef des serviteurs, Xiao Ren, avait fouillé l’intégralité de la résidence jusque dans ses moindres recoins.
Sans titre-1 copie— Comment ? Vous n’avez toujours pas trouvé le général ? demanda-t-il en foudroyant l’un après l’autre les serviteurs de la résidence.
Sans titre-1 copieIl ne pouvait penser que cette disparition fut de bon augure et s’inquiétait de la sécurité du général. La nuit dernière, il avait clairement vu le général dans ses appartements. Pourquoi est-ce que le matin venu, pas une seule âme ne l’avait aperçu ? Il avait à maintes reprises interrogé les serviteurs et servantes de la résidence. Tant et si bien qu’il eut des sueurs froides à l’idée que son maître ait pu faire face à quelques dangers.
Sans titre-1 copieS’il lui arrivait malheur, la Cour ne rencontrerait-elle pas des difficultés, puisque c’est son maître qui contrôlait la force militaire ? Ce problème, la recherche du général, était de la plus haute importance. Lire la suite

Le général veut une étreinte pour dormir #3

Chapitre 3 : L’étreinte pour dormir
Traduction par @Ytr

Sans titre-1 copieTravaillant nouvellement en tant que servante, Chu Zhu Yu massait sa raide épaule. Il fallait effectivement un corps robuste pour être servante. Par exemple, le seul balayage de la cour l’avait totalement épuisée. Qui aurait cru que la cour de la propriété du général serait aussi grande ? Cela choquerait plus d’un.
Sans titre-1 copieLe jeune maître de la résidence Kang et le général Xiao Zhi étaient tous deux de beaux hommes. La différence étant que si le jeune maître était connu pour son comportement hautement volage et ses maintes épouses, le général Xiao, au contraire, brillait par sa répulsion pour les femmes.
Sans titre-1 copieD’ailleurs, le jeune maître Kang n’entretenait-il pas aussi une relation avec une courtisane ? C’est la raison pour laquelle Chu Zhu Yu avait décidé d’intégrer la résidence Kang, pour accomplir son dessein. Tandis que de venir dans cette résidence Xiao en tant que servante signifierait en tout et pour tout qu’elle serait… une servante. Lire la suite

Le général veut une étreinte pour dormir #2

Chapitre 2 : Candidature au poste de servante
Traduction par @Ytr

Sans titre-1 copieLa maison de thé Yue Qin était l’une des célèbres maisons de thé du centre de Luo Yang.
Sans titre-1 copieIl y a une dizaine d’années, c’était un établissement en ruine. Lorsque l’affaire avait fait faillite, personne n’ignorait que c’était la fille du propriétaire, Chu Zhu Yu, qui avait consacré quelques années à faire revivre l’établissement et à en faire un succès. En effet, le bon thé n’était pas le seul critère qui faisait de Yue Qin une maison de thé différente des autres. S’y ajoutait le divertissement particulier qu’on y procurait. Il y a quelques temps, ils avaient même introduit de nouvelles variétés de thé. Cette maison de thé était donc devenue, en matière de thé, un lieu incontournable où non seulement les érudits se rassemblaient, mais aussi un lieu qui faisait fleurir l’industrie du thé.
Lire la suite

Il arrive, ferme les yeux #3

Chapitre 3 – Poisson, poisson, poisson, poisson
Traduction par @Littleangele

Sans titre-1 copieLa ville Tong était située près du bord d’un affluent du fleuve Yangtsé, entourée par des montagnes qui bloquaient la circulation, faisant de la ville un endroit très reculé. Ce fut le cas jusqu’en 2000 lorsqu’une autoroute fut construite ; la ville se développa alors à une vitesse phénoménale et devint le centre économique de la province. Comme pour les autres villes émergentes, les habitants de la ville Tong voulaient sortir et aller au nord de Guangzhou, tandis que les habitants de la périphérie voulaient tous venir à la ville Tong.
Sans titre-1 copieLorsque Jian Yao était à l’université, elle rentrait chaque année et avait de plus en plus l’impression que sa ville natale changeait complètement année après année. Les vieux bâtiments disparaissaient petit à petit, des logements commerciaux étaient construits à la place, il y avait de plus en plus de monde. Bien sûr, il y avait aussi des choses qui n’avaient pas changé. Par exemple, les rivières majestueuses autour de la ville, le Monument aux Héros du Peuple ainsi que cette villa isolée qui semblait hors de ce monde et hors du temps à ses yeux.
Lire la suite

Il arrive, ferme les yeux #2

Chapitre 2 – Cet homme, Xun Ran
Traduction par @Littleangele

Note de la traductrice : j’ai ajouté ici et là quelques précisions concernant la culture et la langue chinoise en espérant pouvoir apporter des précisions que je n’ai pas pu inclure dans la traduction en elle-même.


Sans titre-1 copieDurant ces vacances-ci, Jian Yao vivait seule dans la vieille maison située dans les locaux de la police. C’était là que vivait toute la famille avant la mort de son père. Après le remariage de la mère de Jian Yao, la maison avait été laissée vacante.
Sans titre-1 copieC’était déjà la fin de soirée, de nombreux habitants des locaux de la police avaient allumé la lumière, l’odeur de nourriture flottait dans l’air. Non loin de là, de nombreuses fenêtres du commissariat étaient éclairées, les policiers étaient encore occupés.
Sans titre-1 copieJian Yao ouvrit la porte de chez elle et vit sa petite sœur Jian Xuan couchée sur le canapé, mangeant une pomme devant la télévision. Celle-ci tourna la tête et murmura :
Sans titre-1 copie— Ce n’est que maintenant que tu rentres ? Je t’ai attendue presque une demi-journée.
Sans titre-1 copieJian Yao lança son sac sur sa sœur et s’assit à côté d’elle.
Sans titre-1 copie— Mon entretien s’est terminé à l’instant. N’es-tu pas revenue cette après-midi ? Je pensais que tu allais dormir là-bas.
Sans titre-1 copieLe « là-bas » dont elle parlait, c’était la maison de leur beau-père. Les deux sœurs y avaient passé la plus grande partie de leur enfance et de leur adolescence. Elles étaient en très bons termes avec leur beau-père mais sa maison n’était pas très grande. Une fois adulte, Jian Yao avait proposé de déménager dans leur vieille maison. Parfois, Jian Xuan alternait entre les deux maisons mais durant les fêtes, toute la famille se rassemblait.
Lire la suite

Il arrive, ferme les yeux #1

Chapitre 1 – Un homme étrange
Traduction par @Littleangele

Sans titre-1 copieDes nuages bleus recouvraient la montagne, une fine couche de neige s’était accumulée sur le chemin forestier. L’air était froid, les personnes qui se promenaient avaient rapidement l’impression d’être remplies par l’odeur de pin et de neige. C’était rafraîchissant et confortable.
Sans titre-1 copieJian Yao prit la route principale après être descendue du bus, puis continua sur un sentier en pierre pendant dix minutes. Enfin, elle aperçut le devant de la montagne ainsi que le toit gris vert d’une petite maison de style européen.
Sans titre-1 copieD’aussi loin qu’elle se puisse se souvenir, cette petite maison avait toujours été là, en périphérie du flanc de la montagne. Vingt ans après, l’architecture de cette petite maison ne donnait pas du tout le sentiment d’être démodée même en considérant l’esthétisme architectural moderne. Mais depuis tant d’années, personne n’y a vécu et cette maison solitaire située dans la montagne était toujours restée sombre. Lorsqu’elle était petite, les gens faisaient peur à Jian Yao en lui disant que c’était une maison hantée. En grandissant, elle avait vaguement entendu dire que c’était autrefois la maison d’un intellectuel dont la femme mourut d’une maladie ; à la suite de ce décès, il était parti à l’étranger avec son fils en bas âge.
Lire la suite